Les Éditions Blanche de Peuterey

Édition et vente de livres numériques... et de livres papier !

Karl May

Accueil boutique / Auteurs / Karl May
 karl may

Présentation

Enfance

Karl May était issu d'une famille très pauvre d'Ernstthal et était le cinquième de 14 enfants. Son père était tisserand ; sa grand-mère, sa mère et ses frères et sœurs travaillaient également pour subvenir à leurs besoins. Dans la maison May régnait la plus grande misère et une grande pauvreté. Sur les 14 enfants, neuf moururent dans les premiers mois de leur vie. Karl May est né le 25 février 1842. Selon ses propres dires, le garçon a perdu la vue vers 1844 et n'a pu être guéri par des spécialistes à Dresde qu'à l'âge de cinq ans. En raison de la situation de grande détresse, les parents prirent un grand risque : ils vendirent leur propre maison et financèrent avec le produit de la vente une formation de sage-femme pour la mère. Celle-ci réussit son stage à Dresde avec la meilleure note et trouva désormais un emploi à Hohenstein-Ernstthal. La famille devint ainsi plus indépendante.

En 1848, Karl fut scolarisé. Il n'y avait que quatre classes à l'école primaire et les enfants, qui devaient souvent gagner leur vie, étaient souvent trop fatigués. May lui-même était contraint par son père d'étudier en dehors de l'école.

Jeunesse

Après sa scolarité, il étudia à partir de 1856 comme à l'école normale de Waldenburg. Bien que May ait reçu une bourse ou du moins une aide financière de l'état, la situation financière de la famille restait critique. En 1857, il commença sa formation au grand séminaire, dont il fut exclu en 1859. Il put cependant, grâce à une dispense, poursuivre ses études à l'école normale de Plauen à partir de 1860. En 1861, il termina sa formation avec succès. Il était donc désormais "candidat à l'enseignement", car ce n'est qu'après deux ans de "probation" qu'il pouvait occuper un poste d'enseignant à temps plein. Il a postulé pour des postes d'enseignant auxiliaire.

May a trouvé un premier emploi à Glauchau début octobre. Il vivait comme sous-locataire chez un couple. Lorsque le père de famille l'accusa d'avoir fait des avances inconvenantes à sa femme, May perdit son premier poste d'enseignant au bout de quinze jours.

Suite à une annonce, il trouva un nouvel emploi comme professeur d'école d'usine à Altchemnitz. Il partageait une chambre avec un autre employé de l'usine. Une plainte pour vol déposée par ce colocataire quelques semaines plus tard (May était rentré chez lui pour les vacances de Noël avec sa montre à gousset) lui valut une courte peine de prison à Chemnitz pour « utilisation illégale de biens d'autrui ». En raison de cette peine, il fut rayé de la liste des candidats à l'enseignement. Toute activité en tant qu'enseignant salarié était désormais exclue.

Tricheur, voleur et imposteur

Au cours des deux années suivantes, Karl May s'est apparemment encore efforcé de gagner sa vie de manière légale : Il donnait des cours privés à Ernstthal, écrivait des récits, composait et déclamait. Mais ces activités n'étaient pas suffisantes pour assurer sa subsistance.

Par la suite, il s'est égaré et a commis de nombreux délits en Saxe (Leipzig, Penig, Chemnitz), tous caractérisés par une relative non-violence, mais une mise en œuvre imaginative et compliquée. Souvent, le butin était disproportionné par rapport à l'effort fourni. May fut recherché par la police et condamné pour vol, escroquerie et imposture, en 1865, à quatre ans de maison de travail. En 1868, il fut libéré prématurément après trois ans et demi.

De nouvelles tentatives pour se construire une existence bourgeoise échouèrent et il reprit ses escroqueries et ses vols. Il est devenu actif entre autres à Wiederau, Ponitz, Limbach, Bräunsdorf et Mülsen St. Jacob. Il trouvait parfois refuge dans la grotte de fer près d'Ernstthal. Au début de l'année 1870, il a été attrapé par hasard et, une fois son identité établie, condamné à nouveau. De 1870 à 1874, il a été incarcéré à la maison d'arrêt de Waldheim.

Une dernière peine de prison (de trois semaines) lui a été infligée en 1878 pour une imposture, l'affaire dite de Stollberg.

Jeune rédacteur

Après sa libération de la prison, May retourna chez ses parents à Ernstthal en 1874 et reprit ses activités « légales » : Il écrivait. En novembre 1874, un récit de May fut publié pour la première fois. Le fait qu'en Allemagne, le paysage de la presse était en pleine mutation lui a été bénéfique. L'industrialisation, l'alphabétisation croissante et la liberté du commerce et de l'industrie entraînèrent la création de nombreuses nouvelles maisons d'édition (notamment dans le domaine des journaux de divertissement). Déjà entre ses deux grandes peines de prison, May avait été en contact avec l'éditeur de Dresde Heinrich Gotthold Münchmeyer. Celui-ci l'engagea alors dans sa maison d'édition. C'était la première fois que May gagnait sa vie et il se donnait beaucoup de mal pour rédiger et écrire.

Écrivain indépendant

En 1878, May devient écrivain indépendant. En 1879, Friedrich Pustet l'approcha. Par la suite, May devint l'un des auteurs maison de l'hebdomadaire catholique « Deutscher Hausschatz ». La même année, ses premiers livres furent publiés.

Il continua à entretenir des contacts étroits avec sa ville natale d'Ernstthal et y revint temporairement. En 1876, May avait fait la connaissance d'Emma Pollmer. Il l'épousa le 12 septembre 1880, après quelques disputes. Par la suite, le couple déménagea à nouveau à Dresde et May entra à nouveau en contact avec H. G. Münchmeyer. Jusqu'en 1888, il livra à la maison d'édition cinq romans de grande envergure. Il en abandonna un sixième - et écrivit à la place des récits de jeunesse pour la nouvelle revue pour garçons. A partir de 1890, ces derniers sont publiés sous forme de livres.

Succès

La percée décisive se fit avec le contact de Friedrich Ernst Fehsenfeld. Le jeune éditeur contacta May en 1892 et lui proposa de publier les récits du Hausschatz sous forme de livre. Avec le succès de la série, May connut pour la première fois la sécurité financière - et la gloire. Toutefois, il ne sut bientôt plus faire la distinction entre réalité et fiction et s'enfonça de plus en plus dans la légende dite "Old Shatterhand" : il aurait vraiment vécu tout cela et serait effectivement Old Shatterhand et parlerait plus de mille langues, etc. Un armurier de Kötzschenbroda fabriquait pour lui les fusils légendaires. Il fit même imprimer des cartes d'autographes pour les lecteurs les plus persévérants.

En décembre 1895, May déménagea dans la villa "Shatterhand" qu'il venait d'acquérir à Radebeul et qui abrite aujourd'hui le musée Karl May. May avait désormais des contacts amicaux avec la classe supérieure bourgeoise et correspondait avec des aristocrates.

Voyages

En 1897, il a effectué un long voyage en Allemagne et en Autriche.

En 1899/1900, il a voyagé en partie seul, en partie avec sa femme Emma et le couple d'amis Plöhn en Orient. À cette époque, May avait 57 ans ; il n'était pas un aventurier, mais un touriste. Dans la première partie du voyage, il a voyagé seul pendant près de trois quarts d'année (accompagné uniquement de son serviteur Sejd Hassan) et est parvenu jusqu'à Sumatra. Ce voyage lui a causé un choc : il s'est soudainement retrouvé seul, sans contrainte de temps pour la première fois depuis des années, et a découvert une culture étrangère qui ne correspondait pas du tout à ses attentes. Ce choc - également provoqué par les premières attaques de la presse dans son pays - s'est transformé en une crise de personnalité qui allait le déstabiliser complètement. En 1900, le voyage se poursuivit à quatre et se limita au Proche-Orient. Fin juillet 1900, ils étaient de retour chez eux à Radebeul.

En 1908, Karl May et sa deuxième épouse Klara entreprirent leur premier et unique voyage en Amérique. Celui-ci ne fut qu'une « visite éclair » de quelques semaines et fut également purement touristique.

Presse et procès. Le vrai faux diplôme

A partir de 1899, May fut violemment attaqué dans la presse, notamment par Hermann Cardauns, Ansgar Pöllmann et Fedor Mamroth. On critiquait son autopromotion et la légende d'Old Shatterhand qui y était associée, ainsi que son catholicisme « simulé ». Plus tard, ses antécédents judiciaires ont été mis en lumière et on lui a également reproché d'être un « écrivain de pacotille ». Ces polémiques et diverses procédures judiciaires pour publications non autorisées de livres finiront par avoir raison de sa santé et l'accompagneront jusqu'à sa mort.

Le 9 décembre 1902, l'Universitas Germana-Americana de Chicago décerna à Karl May le titre de docteur honoris causa pour son œuvre « Au royaume du lion d'argent ». On suppose fortement que May ou Klara Plöhn a organisé cette remise afin de donner une base légale au titre de docteur qu'il portait jusqu'alors. L'université mentionnée était déjà à l'époque un « moulin à docteurs » connu, où l'on pouvait acheter toutes sortes de diplômes contre rémunération.

Il divorça en 1903 à sa demande ; la même année, il épousa Klara Plöhn, qui était devenue veuve entre-temps.

En 1907, le litige concernant certains romans fut réglé. En revanche, Rudolf Lebius apparut, qui voulait faire chanter May et qui, lorsque celui-ci n'y consentit pas, fit tout pour le discréditer en tant qu'ennemi irréconciliable. Une tempête d'indignation s'éleva dans la presse, tandis que des défenseurs commencèrent également à se former. Mais l'hostilité de la presse a eu un effet négatif sur les ventes. Les ventes se sont effondrées.

Œuvre tardive et mort

Suite au choc du voyage en Orient, May commença à écrire différemment - nous entrons dans ce que l'on appelle son œuvre tardive. Il appelait ses œuvres précédentes « préparation » et commençait maintenant à rédiger des textes allégoriques très complexes. Il était convaincu de devoir résoudre la « question de l'humanité » ou du moins d'en discuter. Il se tourna vers le pacifisme et consacra plusieurs livres à la volonté d'élever les hommes du « mal » au « bien ».

Il reçut une reconnaissance jubilatoire le 22 mars 1912, lorsqu'il donna une conférence à l'invitation d'artistes autrichiens à Vienne.

Karl May mourut une semaine plus tard, le 30 mars 1912, des suites de la maladie.

(Source : https://www.karl-may-wiki.de/index.php/Karl_May)

 

Vers d'autres sites

 

Ouvrage(s) de Karl May édité(s) aux Éditions Blanche de Peuterey

  • Surcouf le corsaire

    Surcouf le corsaire

    Nous cherchions, depuis un certain temps, des livres et romans pour la jeunesse, qui soient libres de droit, pas trop diffusés, et pas complètement démodés. Il nous semble que « Surcouf le Corsaire » répond à ces critères, sur...

    2.00 €

  • Winnetou - L'homme de la prairie

    Winnetou - L'homme de la prairie

    Second livre de Karl May que nous éditons en ebook, après Surcouf le Corsaire. Cette fois l’auteur nous emmè...

    3.00 €

  • L'Empire du Dragon

    L'Empire du Dragon

    Nous retrouvons dans ce récit Charley Shatterhand, l’ami de l’indien Winnetou, qui cette fois s’est embarqué sur un navire à destination de la Chine. Son navire, piloté par le ...

    3.50 €

  • Winnetou - L'homme de la prairie

    Winnetou - L'homme de la prairie

    Premier tome des aventures de l'Indien Winnetou, et de son ami Old Shatterhand. Old Shatterhand est un "pied tendre", une "corne verte", un "Greenhorn" dans le langage des pionneisr du grand ouest américain. Il vient d'arriver d'Europe, pour travailler à la pose du chemin de...

    20.00 €

  • Le fils du chasseur d'ours

    Le fils du chasseur d'ours

    Nouvelle aventure de Winnetou et de son ami Old Shatterhand. Les deux vont prêter main forte à quelques hommes pour retrouver le père de l’un d’entre eux, surnommé « le chasseur d’ours », enlevé par les indiens Shoshones.

    3.50 €

  • Le fils du chasseur d'ours (papier)

    Le fils du chasseur d'ours (papier)

    Magnifique roman d’aventures au Far-West, très agréable à lire, pour les plus jeunes… et pour tous ! Celui qui est connu sous le nom de « Chasseur d’ours », parce qu’il a tué un ours pour protéger son j...

    20.00 €

  • La trahison des Comanches

    La trahison des Comanches

    Troisième tome des aventures de Winnetou et de son inséparable ami Old Shatterhand. Et c’est tout d’abord ce dernier que nous retrouvons à Saint-Louis, où il est devenu détective privé. Son employeur le charge d’une mission délica...

    3.00 €

  • La trahison des Comanches (papier)

    La trahison des Comanches (papier)

    Version papier du livre de Karl May "La trahison des Comanches". Traditionnellement considéré comme le troisième tome des aventures de l’Indien Winnetou, dans le découpage des Éditions Blanche de Peuterey, il n’est que le deuxième volume, car ...

    17.00 €