Aller au contenu

Saint Jean d'Avila

Réf.: auteur95

Auteur

Saint Jean d'Avila, prêtre et docteur de l'Eglise, prédicateur en Andalousie.

Prédicateur apostolique d'Andalousie et auteur, né à Almodóvar del Campo, une petite ville du diocèse de Tolède, Espagne, le 6 janvier 1500 ; mort à Montilla, le 10 mai 1569.

À l'âge de quatorze ans, il est envoyé à l'université de Salamanque pour étudier le droit. Comme il n’aime pas la jurisprudence, il retourna au bout d'un an à la maison de son père, où il passa les trois années suivantes à pratiquer une piété des plus austères.

Sa merveilleuse sainteté impressionna un franciscain de passage à Almodóvar, et sur les conseils du frère, il entreprit l'étude de la philosophie et de la théologie à Alcalá, où il eut la chance d'avoir pour professeur le célèbre dominicain De Soto.

Ses parents moururent alors qu'il était étudiant et, après son ordination, il célébra sa première messe dans l'église où ils étaient enterrés, vendit les biens de la famille et en donna le produit aux pauvres. Il vit dans la rupture des liens naturels une vocation au travail missionnaire étranger et se prépara à partir pour le Mexique en Amérique. Alors qu'il attendait, à Séville en 1527, une occasion favorable pour partir vers son nouveau champ de travail, son extraordinaire dévotion à célébrer la messe attira l'attention de Hernando de Contreras, prêtre de Séville, qui rapporta ses observations à l'archevêque et inquisiteur général, Don Alphonso Manrique. L'archevêque a vu dans le jeune missionnaire un instrument puissant pour stimuler la foi en Andalousie et, après une persuasion considérable, le bienheureux Jean a été incité à abandonner son voyage en Amérique.

Son premier sermon fut prêché le 22 juillet 1529, et sa réputation fut immédiatement établie ; les foules se pressaient dans les églises à tous ses sermons. Son succès, cependant, lui valut la haine d'une certaine classe, et alors qu'il vivait à Séville, il fut amené devant l'inquisiteur et accusé d'exagérer les dangers de la richesse et de fermer les portes du ciel aux riches. Son innocence fut rapidement prouvée et, sur invitation spéciale du tribunal, il fut désigné pour prêcher le sermon de la prochaine grande fête dans l'église de San Salvador, à Séville.

Il commença sa carrière de prédicateur apostolique d'Andalousie à l'âge de trente ans. Après neuf ans passés dans cette province, il revint à Séville pour partir ensuite vers les grands domaines de Cordoue, Grenade, Bolza, Montilla et Zafra. Pendant dix-huit ans avant sa mort, il fut victime d'une maladie constante, résultat des difficultés de son apostolat de quarante ans. Il a été déclaré Vénérable par Clément XIII, le 8 février 1799, et béatifié par Léon XIII, le 12 novembre 1893.

Parmi les disciples attirés par sa prédication et sa sainte réputation, on peut citer sainte Thérèse, saint Jean de Dieu, saint François Borgia et le vénérable Louis de Grenade. L'expansion des Jésuites en Espagne est attribuée à son amitié pour ce corps. Ses œuvres les plus connues sont les « Audi Fili », l'un des meilleurs traités sur la perfection chrétienne, et ses « Lettres spirituelles » à ses disciples.

Livre(s) de Saint Jean d'Avila édité(s) aux Éditions Blanche de Peuterey :

  • sermons sur le Saint-Esprit

    Sermons sur le Saint-Esprit