Aller au contenu

Saint Jean de la Croix

Réf.: auteur80

Auteur

Juan de Yepes Alvarez, 1542  - 1591. Entré chez les Carmes, il prend en charge la réforme du Carmel, de même que Thérèse d'Avila le fera pour la branche féminine.

Mystique, il est béatifié en 1675, puis canonisé en 1726. Il est docteur de l'Eglise

Né en Espagne en 1542, saint saint Jean de la Croix a appris de ses parents l'importance de l'amour qui se sacrifie. Son père a renoncé à la richesse, au statut et au confort lorsqu'il a épousé la fille d'un tisserand et a été désavoué par sa famille noble. Après la mort de son père, sa mère a maintenu l'unité de la famille démunie tout en cherchant un travail pour subvenir à ses besoins.

Lorsque la famille a finalement trouvé du travail, saint Jean de la Croix a continué à avoir faim au milieu de la ville la plus riche d'Espagne. À quatorze ans, il a accepté un emploi où il s'occupait de patients hospitalisés souffrant de maladies incurables et de folie. C'est dans cette pauvreté et cette souffrance que saint Jean de la Croix a appris à chercher la beauté et le bonheur en Dieu, et non dans le monde.

Après que saint Jean de la Croix eut rejoint l'ordre des carmes, Sainte Thérèse d'Avila lui demanda d'aider son mouvement de réforme. Jean était convaincu que l'ordre devait revenir à sa vie de prière. Mais de nombreux carmes se sentaient menacés par cette réforme et certains membres de l'ordre l'ont enlevé. Il a été enfermé dans une cellule de deux mètres sur trois et battu trois fois par semaine par les moines. Il n'y avait qu'une minuscule fenêtre tout près du plafond. Pourtant, dans cette obscurité, ce froid et cette désolation insupportables, son amour et sa foi étaient comme le feu et la lumière. Il ne lui restait rien d'autre que Dieu - et c'est dans cette minuscule cellule que Dieu a apporté à saint Jean de la Croix ses plus grandes joies.

Au bout de neuf mois, saint Jean de la Croix s'est échappé en dévissant la serrure de sa porte et en se glissant derrière le gardien. N'emportant que les poèmes mystiques qu'il avait écrits dans sa cellule, il est passé par une fenêtre en utilisant une corde faite avec des draps et des couvertures. Sans savoir où il se trouvait, il a suivi un chien jusqu'à la ville la plus proche Il s'est caché de ses poursuivants dans l'infirmerie d'un couvent où il a lu sa poésie aux religieuses. Dès lors, il a consacré sa vie à partager et à expliquer son expérience de l'amour de Dieu.

Sa vie de pauvreté et de persécution aurait pu donner naissance à un cynique amer. Au lieu de cela, elle a donné naissance à un mystique compatissant, qui vivait selon les convictions suivantes : « Qui a jamais vu des gens persuadés d'aimer Dieu par la dureté ? » et « Là où il n'y a pas d'amour, mettez de l'amour - et vous trouverez de l'amour ».

Saint Jean de la Croix nous a laissé de nombreux livres de conseils pratiques sur la croissance spirituelle et la prière qui sont tout aussi pertinents aujourd'hui qu'à l'époque. Ces livres comprennent : L'ascension du mont Carmel , La nuit obscure de l'âme et Un cantique spirituel de l'âme et de l'époux du Christ.

Livre(s) de Saint Jean de la Croix édité(s) aux Éditions Blanche de Peuterey :

  • la nuit obscure de l'âme

    La nuit obscure de l'âme