Aller au contenu

Henry Stanley

Réf.: auteur64

Auteur

Henry Stanley (1841 - 1904) est un britannique, journaliste. Pour le compte du Herald Tribune, il part en Afrique à la recherche du Dr Livingstone, opération qui le rendit célèbre. Mais il l'est également pour les autres explorations qu'il a pu mener en Afrique.

Traduction de l'Encyclopedie Appleton (libre de droit)

Henry Morton Stanley, explorateur, né près de Denbigh, au Pays de Galles, en 1840. Il s'appelait à l'origine John Rowlands. Il a été placé dans la maison des pauvres de St. Asaph à l'âge de trois ans, où il est resté et a reçu une éducation pendant dix ans. En 1855, il s'est embarqué comme garçon de cabine pour la Nouvelle-Orléans, où il a été adopté par un marchand, dont il a pris le nom à la place du sien. Ce marchand mourut sans laisser de testament, et le jeune Stanley s'engagea dans l'armée confédérée, fut fait prisonnier, puis se porta volontaire dans la marine américaine, servant comme enseigne suppléant sur le cuirassé "Ticonderoga".

À la fin de la guerre, il se rendit en Turquie en tant que correspondant de presse. En 1868, il accompagne l'armée britannique en Abyssinie en tant que correspondant du "Herald" de New York. Alors qu'il se trouvait en Espagne au service du même journal, le propriétaire lui demanda, en octobre 1869, de partir à la recherche du Dr David Livingstone, l'explorateur africain dont on n'avait plus entendu parler depuis plus de deux ans.

Après avoir assisté à l'ouverture du canal de Suez, visité Constantinople, la Crimée, la Palestine, la vallée de l'Euphrate, la Perse et l'Inde, Stanley s'est embarqué à Bombay le 12 octobre 1870 et a atteint Zanzibar, sur la côte orientale de l'Afrique, au début de janvier 1871. Là, il organise son expédition de recherche et part pour l'intérieur des terres le 21 mars avec 192 personnes. Le 10 novembre, il trouve le Dr Livingstone à Ujiji, sur le lac Tanganyika, où il vient d'arriver du sud-ouest. Stanley approvisionna le Dr Livingstone, explora avec lui la partie nord du lac Tanganyika et y resta jusqu'en février 1872, date à laquelle Livingstone entreprit le voyage dont il ne revint jamais, tandis que Stanley regagna la côte, s'embarqua le 14 mars 1872 et arriva en Angleterre fin juillet. L'association britannique le reçoit à Brighton, où, le 16 août, il fait le récit de son expédition. Le 27 août, la reine lui envoie une tabatière en or sertie de diamants, et le 21 octobre, un banquet lui est offert par la Royal geographical society. En 1873, il reçoit la médaille d'or du patron de la Royal geographical society.

Le "Herald" de New York et le "Daily Telegraph" de Londres envoient à nouveau Stanley explorer la région des lacs de l'Afrique équatoriale. Il atteint Zanzibar à l'automne 1874. Là, apprenant que Livingstone était mort en Afrique centrale, il décida de tracer sa route vers le nord-ouest et d'explorer la région du lac Victoria N'yanza. Parti à la tête de 300 hommes, après de nombreuses épreuves et de sévères rencontres avec les indigènes, il l'atteint en février 1875, ayant perdu en chemin 104 hommes par mort ou désertion. Il fit le tour du lac, parcourant environ 1 000 milles et examinant minutieusement tous les bras de mer, dans un bateau qu'il avait apporté avec lui en pièces détachées, et découvrit qu'il s'agissait d'un seul grand lac, au lieu d'une série de lagunes, comme l'avaient supposé Richard F. Burton et Livingstone, de sorte que l'opinion des explorateurs Speke et Grant était confirmée.

C'est ainsi que le lac Victoria N'yanza s'est révélé être la plus grande étendue d'eau douce du monde, avec une superficie de 40 000 miles carrés. Le 17 avril 1875, poursuivant ses explorations, il se dirigea vers l'ouest, vers le lac Albert N'yanza, et découvrit qu'il n'était pas, comme on l'avait supposé, relié au lac Tanganyika. L'hostilité des indigènes l'empêcha d'aller plus loin et, contraint de retourner à Ujiji, il résolut d'atteindre la côte en descendant le grand fleuve découvert par Livingstone et nommé Lualaba, mais que Stanley avait appelé Livingstone en l'honneur de son découvreur. Ce dernier avait pensé qu'il pouvait être identique au Nil ; d'autres supposaient qu'il faisait partie du Congo, et Stanley, en le descendant, prouva que ces derniers avaient raison. La descente, principalement en canoës, dura huit mois, fut accomplie dans de très grandes difficultés et privations, et lui coûta la vie de trente-cinq hommes.

Lorsqu'il atteignit une colonie de la côte ouest, un navire portugais le conduisit à Saint-Paul de Loanda, d'où un navire anglais transporta le groupe au Cap de Bonne-Espérance, puis à Zanzibar, où les hommes qui s'étaient joints à l'expédition furent laissés chez eux. Stanley atteint l'Angleterre en février 1878. Le 28 juin 1878, à la Sorbonne, à Paris, il reçoit la croix de chevalier de la Légion d'honneur des mains du président de la Société française de géographie. En 1879-82, il est de nouveau en Afrique, envoyé par l'association internationale africaine de Bruxelles en vue de la mise en valeur du grand bassin du fleuve Congo. Le roi des Belges consacre à cette entreprise 50 000 livres sterling par an sur ses fonds propres. En 1884, Stanley a achevé le travail en établissant des comptoirs commerciaux le long du Congo, de son embouchure à la piscine de Stanley, soit une distance de 1 400 milles par le fleuve, et en fondant l'État libre du Congo, mais il a refusé d'en être le premier gouverneur. Le 18 janvier 1887, il a reçu la liberté de la ville de Londres. Plus tard, il a participé à une expédition africaine au Soudan, envoyée pour venir en aide à Emin Pasha. Il a publié "How I Found Livingstone" (New York, 1872) ; "Through the Dark Continent", un récit de sa deuxième expédition (1878) ; "The Congo and the Founding of its Free State" (1885) ; "In Darkest Africa" (1890) ; et "Through South Africa" (1898).

Livre(s) de Henry Stanley édité(s) aux Éditions Blanche de Peuterey :

  • Comment j'ai retrouvé Livingstone

    Comment j'ai retrouvé Livingstone